One Piece RPG

Venez Vivre l'Aventure Pirates !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rapport à la cité sur l'eau: La vipère et le sergent-chef

Aller en bas 
AuteurMessage
Hebi Read
¤ Admin | Capitaine Corsaire ¤
¤ Admin | Capitaine Corsaire ¤
avatar

Féminin
Nombre de messages : 147
Age : 30
Localisation : Grandline
Grade : Shichibukai
Prime : Ancienne prime de 250 millions de berrys
Date d'inscription : 15/07/2008

Fiche RPG
Equipage: ///
Fruit du Démon: Doku Doku no Mi
Niveau:
17/20  (17/20)

MessageSujet: Rapport à la cité sur l'eau: La vipère et le sergent-chef   Sam 2 Aoû - 6:26

Seule sur le chemin de la prochaine île où faire escale, elle ria de tout son soul, dans une liberté sans retenue là où rien ni personne ne pouvait la surprendre. Au clair maintenant pâle de sa complice la lune, la personnification même de l'enfer, des vices et de l'horreur s'esclaffa à coeur joie. Alors que tout laissait croire en une journée morne et sans intérêt, elle trouva plus tôt l'équipage des Mugiwaras naviguant aveuglément sur une mer dont il devait déjà connaître les menaces. Donc, elle s'est introduite sur leur navire pour ensuite les faire revenir à la dure réalité, celle de la loi du plus fort. Jamais depuis son intégration chez les Shichibukais Hebi Read connue pareil plaisir à danser son corps dans un combat dont elle était la maîtresse du début jusqu'à la fin. Sans aucune blessure grave pour couronner le tout. La seule exception était sa mâchoire qui infligeait à la femme une douleur accablante suite au coup porté par Luffy au chapeau de paille. La pauvre en restera ainsi le long de la nuit comme ses 4 victimes empoisonnées. Mais cela ne l'empêchera pas de fêter encore plus longtemps. Bientôt en manque de carburant pour son embarcation, Hebi nota la présence de rails flottants sous l'eau. C'est par ici que le seul train aquatique du monde, Puffing Tom, faisait le voyage entre les différentes îles du coin et Water Seven. Le log pose de la corsaire indiquait cette île à sa propriétaire. En suivant le chemin de fer et l'aiguille du log, pour ainsi rester à l'abri des monstres marins grâce au système d'ultrason de l'ingénieur Tom qui les repoussent, elle fonça plein gaz vers sa destination le corps encore surchauffé par l'exercice de ce soir.

C'est une fois le réservoir vide que l'île était en vue. Hissant son mât repliable et sa voile de fond noir avec un serpent blanc dessus la dame gothique s'étendit dans l'espace de relaxation le temps d'entrer dans la ville sur l'eau, grande cité de l'industrie navale. Endormie en ce milieu de nuit elle ne vit pas, ainsi que son peuple, l'arrivée d'une intruse venimeuse capable du pire pour celle qui en connue des pires 20 ans plus tôt. Non. Hebi n'avait ce genre d'intention...pas aujourd'hui. En fait, jamais elle pourra le faire comme tout le monde le sait très bien avec ses comptes à rendre pour la justice absolue. Par conséquent, elle jetta l'ancre devant un bar de la basse ville, loin des sentiers sécuritaires de l'autorité. Ici, de gros voyous et des sales crapules y nichaient en tant que point de rendez-vous pour les indésirables de Water Seven. En effet, malgré les efforts de Franky avant qu'il rejoigne l'équipage de Luffy, sa ville natale reste infestés dans ses sombres recoins. Et Hebi plongea droit dedans. Toutefois, elle prit une petite précaution en cachant son visage d'un masque de faucon qu'elle conserva toujours sur son embarcation. L'incognito était de mise pour une Shichibukai venue se saoûler le gossier comme un pirate dans un bar louche. Ainsi, elle entra à l'intérieur. Des murmures se font entendre, des yeux curieux la dévisagèrent. Personne ne la reconnut sous son masque de carnaval. Carnaval que connait l'île chaque en tant que festival de San Faldo. Voir des gens masqués est monnaie à cette période de l'année. Dans le cas de l,intruse, les gros garçons en déduirent qu'il s'agit d'une criminelle qui garde l'anonymat et donc ne cherche pas des crosses. Ils reprirent une ambiance normale et Hebi se prit une table et une chaise à l'écart. Comme la commande est toujours la même, le barman posa 5 gros verres de bière mousseux, un régal. Elle but cul-sec dans une ambiance électrissante sans se douter qu'une nouvelle surprise passera le seuil de la porte dans quelques instants.

(désolé, Tashi-chan. Je ferai mieux la prochaine fois.)

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tashigi



Masculin
Nombre de messages : 244
Age : 28
Date d'inscription : 22/07/2008

Fiche RPG
Equipage: /
Fruit du Démon: /
Niveau:
13/20  (13/20)

MessageSujet: Re: Rapport à la cité sur l'eau: La vipère et le sergent-chef   Mer 6 Aoû - 19:25

On pouvait entendre leurs piaillements se mêler au tumulte des vagues qui se fracassaient contre l’inébranlable coque du Maelstrom. Les mouettes témoigner de part leur présence l’arrivée imminente du bateau au port de Water Seven, la célèbre cité hydrique de Grande Line. Tashigi se tenait les bras croisé, adossé à la porte menant aux calles du navire, la tête relevée vers le ciel bordé d’obscurs nuages, une nébuleuse à l’image de son état d’esprit qui l’avait accompagné durant tout le voyage. Il s’agissait de la première mission dont elle avait l’entière responsabilité, Smoker n’était pas présent pour rattraper ses erreurs ou ne serait ce que la soutenir. Elle était seule et sa réussite ou son échec dépendrait de sa seule aptitude à remplir les objectifs qu’on lui avait attribué.

À priori rien de bien compliqué puisqu’il suffisait d’entrer en contact avec cette Hebi Read… le problème était que la situation pouvait bien vite s’envenimer avec ce genre d’individu et dans ce cas de figure le contact pourrait vite couvrir un caractère létal… les maux de la gangrène se propage si vite une fois relâchée… Tashigi allait se retrouvait avec un sujet bien instable qu’il allait falloir ménager, elle espérait que le mustisme de la corsaire ne dissimulait guère quelques affaires qui pouvait porter préjudice au Gouvernement Mondial et n’était qu’un caprice de nouvelle Shibukai encore trop attachée à sa liberté antérieure.

Le tintillement des cloches du port d’arrivage de Water Seven arracha la sergent à ses songes, qui décolla son dos de la parois boisée pour monter sur le pont avant voir un peu l’allure de cette fameuse ville qu’elle ne connaissait que de réputation. Quelle surprise de constater qu’elle ressemblait à s’y méprendre à une fontaine plantée au beau milieu de l’océan. L’exploitation des eaux qu’on y faisait relevait du génie, la jeune fille était ébahie par la structure des rues autour de canaux d’eau par lesquels on pouvait circuler avec d’étranges animaux, permettant ainsi une traversée rapide ou bucolique de la cité sur l’eau, et c’était son compter sur toute la technologie hydrique employée en ces lieux, avec une telle maitrise de l’élément marin, Tashigi ne s’étonnait plus d’imaginer la Galley-La Company, l’entreprise de construction navale privilégiée du gouvernement crécher en ces lieux et qui avait entre battit le navire sur lequel elle avait pieds crécher en ces lieux. Ca apparaissait comme toute logique.

Le bateau à présent amarré, la sergent descendit sur le port suivit de deux soldats supposées l’escorter qu’elle supplia de bien vouloir regagner le navire, chose qu’ils firent sans discuter après un bref échange de regard et un haussement d’épaules mutuel, elle soupira à la vue de ces gestes évocateurs, pour sûr il ne lui accordait pas encore grand crédit, elle était consciente d’être loin d’avoir un charisme équivalent à ceux de Smoker ou Ao Kiji et trouvait cette inaptitude des plus amères à réaliser. Enfin elle n’était pas au bord de la mutinerie et se devait de si elle tombait dessus, mettre Hebi dans une situation confortable, hors voir arriver une officière de la Marine avec deux gardes sur ses talents auraient plus eu l’allure d’une discussion arme sur tempe que d’un véritable échange d’égal à égal, et encore quand on parle d’égal tout était relatif dans la mesure où un simple toucher de cette femme suffirait à engendrer une mort lente pleine d’agonie. En tout cas Tashigi préférait voiler ce sombre tableau qui se dessinait dans son esprit au profit d’un autre que peignait l’agréable séjour dont elle pourrait jouir dans cette charmante ville une fois qu’elle en aurait finie avec cette affaire.

Chose qui n’empêchait pas la partie professionnelle de son mental d’œuvrer, si il avait un endroit où elle était susceptible de trouver des informations sur une corsaire de cet acabit, c’était dans un lieu de perdition. Après avoir glané quelques indications à divers passants plus ou moins aimables, elle prit connaissance de l’existence d’un bar assez sordide situé dans une rue autrefois dévastée par l’Aqua Laguna, un tsunami touchant mensuellement l’île. Fort est de constater que l’entrée était évocatrice, une porte massive faite d’un sombre bois vieillissant qui donna froid dans le dos, Tashigi qui se tenait face à elle ravala sa salive, força son visage à prendre une expression dure et poussa secquement du creux de la main. Allez savoir si c’était son uniforme, son non port du masque ou le fait qu’elle était une femme qui lui valut d’être fusillée du regard de la majorité des clients, elle s’avança d’un pas décidé vers le comptoir, veillant à ne pas laisser sa pression interne se refléter par une quelconque mimique ou expression faciale et tendit une poignée de berrys au dirigeant, un homme massif porteur d’une courte et grasse toison muni d’un déroutant œil de verre qui roulait dans son orbite.


" Un grog, aubergiste… "

Réclama Tashigi d’une voix neutre, s’évertuant à ignorer les regards de ces types qui lui donnaient l’impression de se faire empaler le dos. Le maître des lieux ne la fit pas attendre et la servit aussitôt.

" Voilà ma ptite dame ! "

Elle le remercia d’un vague hochement de tête et plongea son regard dans le breuvage ambré dont les seules vapeurs lui piquaient les yeux et lui donnait la nausée, elle le laissa reposer tranquillement et après avoir vérifié que la plupart des gens avaient reporté leur attention sur leur boisson tendit une copie réduite de l’avis de recherche au trapu.

" Avez-vous vu cette personne ces derniers jours ? "

Demanda t-elle d’une voix si fluette qu’elle relevait presque de l’inaudible. L’homme déroula le papier et y découvrit quelques piècettes qu’il tâta d’une main experte avant de les remettre en place et de les rendre avec le précieux document, ricanant d’une manière bien peu discrète, que Tashigi trouvait suffisant de la part d’un tel individu, elle était étonnée qu’il n’eut pas pris les pièces.

" Désolé jeunette, le seule joli minois que j’ai vu ces jours ci c’est le tien. "

Visiblement ce type avait un semblant de courtoisie en dépit de son apparence de larron, Tashigi acquiessa avant de se relever sans avoir touché à sa commande et commença à se diriger vers la sortie sur une allure quelque peu pressée… qui fut brusquement stoppé par une main la retenant par le poignet. Un client au visage balafré ne semblait pas vraiment désireux de la voir partir.

" Hoy gamine... tu vas pas nous quitter aussi vite… t’as pas toucher à ton verre… si tu veux on peut les boire ensemble, à moins que tu veuilles que je te fasse goûter à autre chose… "

Tashigi sentit une goutte de transpiration glacée lui couler le long du dos. Elle se doutait que des individus de ce genre allaient se manifestaient mais si proche de la sortie… quelle tare ! Elle fronça les sourcils et foudroya du regard le rustre qui semblait vouloir l’attirer à lui.

" Lâchez moi la main si vous ne voulez pas perdre la votre, il serait dommage pour vous de voir la seule compagne que vous risquez d’avoir dans votre vie tomber. "

Cracha t-elle à ce type qui ne semblait pas prêt à renoncer.

" Bonne répartie… ma petite... j’aime ça… "

Murmura t-il en commençant à caresser le bras de la sergent horrifiée qui avait à présent porté sa tremblante main libre sur la garde de son sabre.

" A-arrêtez ça ! "

Elle avait de nouveaux tous les yeux braqués sur elle, tous ces quinquets vicieux et brillants qui voyait en cette scène l'occasion d'assister à un autre des spectacles malsains dont ils étaient friands. Elle devait trouver un moyen de s'extirper de cette situation sans en venir à la violence... elle le devait pour ne pas salir l'image de l'ordre auquel elle appartenait... mais comment faire ?!


Dernière édition par Tashigi le Jeu 7 Aoû - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hebi Read
¤ Admin | Capitaine Corsaire ¤
¤ Admin | Capitaine Corsaire ¤
avatar

Féminin
Nombre de messages : 147
Age : 30
Localisation : Grandline
Grade : Shichibukai
Prime : Ancienne prime de 250 millions de berrys
Date d'inscription : 15/07/2008

Fiche RPG
Equipage: ///
Fruit du Démon: Doku Doku no Mi
Niveau:
17/20  (17/20)

MessageSujet: Re: Rapport à la cité sur l'eau: La vipère et le sergent-chef   Jeu 7 Aoû - 5:20

Tous ensemble, comme dans une grande fête entre amis, les occupants du bar levèrent leur consommation dans les airs pour porter un toast dans une ambiance qui éleva de température en un seul coup. Dans cet environnement de joie entre marginaux et amis pour certains on y oublie l'espace d'un moment, des minutes ou des heures jusqu'à l'aurore, nos problèmes et la réalité de la vie aussi dure soit-elle selon la personne. Hebi Read, cachée sous son masque de faucon, se laissa naviguer sur les flots de cette délivrance temporaire comme à l'époque où elle voyageait sur les mers avec son amant. Même ambiance, avec la même éffusion d'alcool, se célèbrait dans leur ancien navire avec l'équipage des Takas. Avec les chants pirates d'outre-tombe et les rires aussi gras qu'ils soient, la vipère se sentit bercer comme un bébé et faillit s'endormir. L'espace d'une seconde, elle crut sentir son coeur battre une fois. Et comme à chaque fois, elle eut un frisson d'effroie. Non non et non, Beny Read était morte suite au décès du capitaine Julius et jusqu'à sa mort au combat, puisqu'elle vit avec la guerre elle mourra par la guerre, elle resta Hebi Read l'insidieuse psychopathe perverse. D'une humeur folâtre, une nouvelle bouteille de bière rejoignit les autres vidés par la fêtarde.

Une raison particulière à sa fête personnelle ? Oui, bien sûr. La diabolique demoiselle a toujours une raison à ses gestes comme pour sur le bateau des Mugiwaras en testant leur tolérance psychologique à son caractère innocente et bizarre comme Grandline elle-même. Bref, si on en revient à la réponse de la question, deux rencontres bénient par les dieux en est la principale cause. Une brune de l'âge de la Shichibukai environ, l'insaisissable archéologue Nico Robin et sa partenaire de combat beaucoup plus jeune d'une décennie la naviguatrice dynamique Nami aux pattes de velours. Solitaire, elles sont faibles et sans aussurance comme les autres. Mais, quand elle sont unient, l'assurance et une force redoutable est au rendez-vous. Pour ça, Hebi a faillit en faire les frais. Ces femmes représentaient un niveau intellectuel supérieur aux autres garçons de l'équipage et avait un caractère fiable qui a enduré toutes ses approches. Ces deux-là devinrent les proies numéro un de la corsaire en même temps que ses cobayes pour sa théorie. Et pour des résultats concrets, la patience est de mise. De sa poche, Hebi sortit la mèche de cheveux de la rouquine. Son seul vol chez ce groupe de 667 millions de berrys. Son souvenir et la preuve irréfutable de son récit qui nourrira sa vantardise. Qui d'autre a réussi un tel exploit à part cette femme siègeant parmi les 3 grands pouvoirs ? Absolument personne et aucun pour la contester. Ce soir, l'odeur de la victoire était celui de la mandarine qui passa par ses narines alors qu'elle humecta l'odeur de la mèche. Hélas, l'odeur du fruit prit place à celle de la mouette et des complications.

Nous avions donc une nouvelle arrivante dans le bar malfamé et ombrageuse de la ville. Rien dans sa tenue ne laissait croire en une femme dangereuse, contrairement à son caractère visible qui miroitait un sérieux strict et typiquement militaire. Militaire comme la Marine ou tout autre agent gouvernemental. Hebi Read siffla dans sa barbe invisible. Elle sut que cette personne est là pour la retrouver. Heureusement, son masque la plaçait au-dessus des soupçons du soldat qui essaya en vain de soutirer une information du barman. Mais une fois encore, l'immaturité d'un homme sera la cause de la tournure abrupte de la nuit. Cet homme, proche de la porte d'entrée avec un visage marqué de cicatrices, interrompit le départ de la femme en la retenant d'une ferme poigne. Analyste, Read observa l'homme et les termes dans ses mots pour enfin comprendre les véritables intentions de l'individu bien qu'ils soient assez évident. Hélas pour lui, cette action force la corsaire à réagir.

*Allons bon, il faut toujours que cela tourne en bataille avec des ringards comme eux.* se dit-elle sans émotion tout en se relevant de sa chaise adossée au mur.

Alors que le spectacle du viol était sur le point de vraiment démarrer, la corsaire masquée lança sa bouteille vide sur le bras du bâtard prit par surprise qui lâcha sa victime. Loin d'être le seul à être étonné de l'interruption, les yeux se braquèrent sur le faucon qui sauta sur une table de bois, bien en évidence et d'une noble stature.

-Monsieur, les circonstances me poussent à mettre un terme à vos agissements immatures envers cette représentante de la marine. Croyez-moi, mieux faut la laisser tranquille que de réveiller la Faucheuse.

-Cette voix...tu es aussi une femme ?! Qu'à cela tienne, tu connaîtras le même sort que cette garce, tu m'entends ? Vous êtes trop faible contre moi. HAHAHAHA !

-Et vous, vous êtes trop faible d'esprit contre nous.

Le public ne prit pas cette remarque d'une bonne oeil. Certains se levèrent de leur chaise et porta une main sur leurs armes. Le faucon fit un geste vif de la mains pour les interrompre un moment et porter la main sur le masque pour se dévoiler. Dans la lenteur et de côté de manière à se retrouver un court instant avec une double face. Une fois le masque à moitié retirée, on vit la peau pâle et les franges bleutés de la femme. Comme une scène au ralentie, elle ouvrit les yeux, dévoila ses yeux d'écume de mer, sa pupille reptilienne et son sourire diabolique. L'horreur s'empara du bar d'un vent sec et glacial. L'homme aux balafres se figea devant la nouvelle forme que prenait la sauveuse du sergent-chef. Le faucon mua en un serpent connu et craint de tous sous le nom d'Hebi Read "la Vipère". Trop pour lui, le prédateur passe à l'attaque sans de chance à sa proie. Hebi sauta de table en table et plongea sur l'homme qui fut plaqué sur la table du bar devant le barman en retrait d'à peine 2 mètres. Elle le fixa dans les yeux, prise dans une espèce de transe et lui donna un baiser comme il aurait voulu l'avoir avec la fille à lunette.

-Death...kiss.

Il est fichu, comdamné. Le poison passa dans sa bouche et dans sa gorge pour directement toucher les poumons et le coeur. Sa figure pâle de frayeur tourna au vert poisseux. Il tomba durement sur le sol. La tumulte s'empara des hommes présents qui se dépêchèrent de sortir par les fenêtres puisque la porte est bloquée par les deux femmes. Couard, pleutre et lâche, tous ses mots les désignent que trop bien dans cette situation. En guise de punition, la Shichibukai leur révéla ses crochets pour lancer des jets de poison qui touchèrent la plupart d'entre eux en débutant la détérioration de la chair. Voilà donc comment le bar se vida en laissant Hebi Read avec la femme soldat qui a pu assister à son intervention sans être blessé. La corsaire plongea ses yeux dans les siens en silence avant de s'intéresser aux bouteilles encore intact du bar. En lui tournant le dos, elle s'approcha des bouteilles comme pour faire son épicerie d'alcool.

-Je sais pourquoi vous êtes ici. Et franchement, j'aurais espérer vous rencontrer en plein jour plutôt que ce soir. Heureusement que ma soirée est une réussite sinon...silence de quelques secondes alors qu'elle prend une bouteille en main... je l'aurais laissé agir avant de vous sauver.

_________________






Dernière édition par Hebi Read le Jeu 28 Aoû - 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tashigi



Masculin
Nombre de messages : 244
Age : 28
Date d'inscription : 22/07/2008

Fiche RPG
Equipage: /
Fruit du Démon: /
Niveau:
13/20  (13/20)

MessageSujet: Re: Rapport à la cité sur l'eau: La vipère et le sergent-chef   Sam 9 Aoû - 20:05

Inconfortable, telle était la situation actuelle de la noble marine en proie à cette crapule abjecte avec qui le courant ne passait définitivement pas… ce qui ne semblait pas faire défaillir la volonté explicite du gaillard à faire passer autre chose en elle dans les minutes qui suivent si elle ne daignait pas réagir. Un profond dégoût l’avait envahi à mesure que cet individu se montrait plus entreprenant, mais comment pouvait-on agir d’une manière aussi amorale ? Ce reproche, Tashigi ne l’adressait pas intérieurement à cet homme mais aussi à tous les autres qui se contentaient de rester des figurants témoin de harcèlements, auxquels ils n’étaient pas indifférents non… au contraire il y portait un intérêt sincère à l’initiative qu’avait pris leur frère, ils l’acclamaient vivement et vu le regard avide qu’avait certains, il était bien possible selon la sergent que quelques uns ne tardent à prendre part à la fête dont elle était l’attraction principale. Ce sentiment acerbe d’être réduit à l’état de jouet aux yeux de ces dépravés faisait monter en Tashigi une effroi qui peu à peu déviait vers de la panique folle. Si la vertu dictait à Tashigi de ne pas recourir à la force pour se sortir de ce désagrément, elle ne souhaitait guère la perdre en restant passive. Il n’était pas question qu’elle se fasse violenter par ces barbares sans scrupules. Comme parcourut d’une pulsion, elle allait tirer Shigure de son fourreau et empaler la main de cet ignoble importun lorsqu’un inespéré projectile de beuverie vint briser l’étreinte suintante de cette punaise masculine.

Ô miracle une âme charitable s’était décidée à intervenir, en aplomb sur une table, dressée tel un aigle majestueux veillant à la sécurité de ses pairs. Et là, une voix féminine, un deuxième élément qui distinguait ce sauveur inopiné des cloportes qui grouillaient dans ce misérable établissement. Après un court échange vocal avec le balafré où elle fit montre d’une répartie cinglante, les rats commencèrent à s’exciter et à lever leurs armes telle une horde enragée de barbares scandinaves qui poussa Tashigi à sortir la sienne, prête à en découdre cette, la femme elle, loin d’être désarçonnée par cette réaction se contenta de porter délicatement la main à son masque qu’elle retira lentement, d’un mouvement apathique, distillant lentement la terreur dans les veines des spectateurs à mesure que son visage se révélait, Tashigi elle-même fut stupéfaite et intimidé par cette mise en scène de la Dame Serpent… Hebi Read…

Inconcevable, cette aura glacée qui empoignait votre cœur à sa simple vue.

Inimaginable, la manière dont son sourire prédateur lacérait votre lucidité pour vous faire sombrer dans la terreur.

Insondable, la démence palpable qui émanait d’elle alors qu’elle passer à la charge, ne laissant nul chance au rat auquel elle donna un baiser, celui de la mort…

Tashigi resta figée devant cette scène, les mains bloquées sur le manche de sa lame, amorçant un mouvement de recul pour s’instaurer une vaine distance de sécurité entre elle et le serpent dont la mise à mort qu’il avait opéré suffit à déclencher une émeute se ruant vers toutes les issues existantes et non existantes qu’ils créent sous l’impulsion de leur instinct de survie. Ainsi le lieu devint vierge de monde, avec pour seuls acteurs, Tashigi qui n’osait se mouvoir et restait la lame dressée face à Hebi qui la dominait du regard, la brusque montée de tension l’avait fait omettre le fait qu’elle représentait un allier du gouvernement et donc le sien… du moins en théorie. Elle se retourna et commença à faire sa sélection des alcools non brisés dans la panique générale.


" Je sais pourquoi vous êtes ici. Et franchement, j'aurais espérer vous rencontrer en plein jour plutôt que ce soir. Heureusement que ma soirée est une réussite sinon...silence de quelques secondes alors qu'elle prend une bouteille en main... je l'aurais laissé agir avant de vous sauver. "

Tashigi ne lui répondit par immédiatement et resta encore un instant en garde, puis finit par ranger son sabre lorsque son rythme cardiaque put se stabiliser… au dessus de son rythme habituel toutefois.

" Venir ici ne m’emballait pas non plus … et j’ai pu constaté que mes appréhensions étaient justifiées… mais je n’avais pas d’autres alternatives, il n’y a qu’en des lieux isolés du public tel que celui-ci que j’étais susceptible de retrouver votre trace… j’ose imaginer que votre silence en réponse à nos messages était une manière de nous faire comprendre que vous préfériez que l’on ne se mêle pas de vos affaires… et vos affaires sont pas exposées au grand jour… "

Sentant une pénible douleur dans ses jambes qui s’étaient tendues au-delà de leurs limites conventionnelles elle s’empara d’un siège libre épargné par la saleté et les liqueurs et y prit place, tentant de s’y détendre.

" Je vous remercie de votre intervention tout à l’heure… mais ne vous méprenez pas, je suis certes loin d’avoir votre force mais j’avais largement les ressources nécessaires pour repousser ces… personnes peu fréquentables… "

Elle prit une profonde respiration en même temps qu’une bouffée de courage pour en venir au fait, à savoir réprimander Hebi pour son manque de communicativité vis-à-vis du Gouvernement auprès duquel elle s’était engagée.

" Shichibukai Read, les hautes autorités comprennent bien votre volonté à garder une certaine indépendance à leur encontre, mais vous devez comprendre qu’elles ne peuvent se permettre d’abolir ses communications avec vous. Vous êtes un partenaire important avec qui il nécessaire de garder un contact régulier. Comprenez bien que si ils viennent à soupçonner une conspiration, ils n’hésiteront pas à rompre leur pacte avec vous et à prendre les devants pour vous anéantir. La traîtrise de Crocodile a considérablement renforcé leur vigilance à l’égard des capitaines corsaires, ils ne sont pas disposés à commettre deux fois la même erreur… "

Crocodile… l’ordure qui avait poignardé dans le dos le Gouvernement avec sa tentative de coup d’état en Alabasta. Certains échos avaient sous-etendu une recherche assidue de quelque chose qui aurait du l’aider à renverser les ordres en place et étendre sa domination au monde entier… pour sûr ce félon avait bien réussit son coup… mais si Tashigi avait pu être témoin de son ignominie, elle paraissait bien dérisoire face à celle qui se dégageait simplement d’Hebi. Quelle folie que de faire confiance à un vipère qui avait un potentiel suffisant pour gangrener tout un système. Elle ne voulait pas juger la corsaire trop vite, elle l’avait après tout aidé à se sortir d’un mauvais pas, mais au-delà de cela, rien chez cette femme ne lui inspirait la confiance… à quoi allait donc aboutir cet entretien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hebi Read
¤ Admin | Capitaine Corsaire ¤
¤ Admin | Capitaine Corsaire ¤
avatar

Féminin
Nombre de messages : 147
Age : 30
Localisation : Grandline
Grade : Shichibukai
Prime : Ancienne prime de 250 millions de berrys
Date d'inscription : 15/07/2008

Fiche RPG
Equipage: ///
Fruit du Démon: Doku Doku no Mi
Niveau:
17/20  (17/20)

MessageSujet: Re: Rapport à la cité sur l'eau: La vipère et le sergent-chef   Mar 12 Aoû - 6:34

En mer, on trouve de tout et de n'importe quoi bien que peu de terre soit présent sur notre route à chacune. Cela équivaut surtout pour les gens: Humains, Géants, sirènes et homme-poissons. Dans la catégorie des êtres du mal nous avons sans surprise Hebi Read et les autres Shichibukai. Et pour celle du Bien, nous avons présentements le magnifique exemple de ce sergent-chef. Bien assise sur la longue table du bar, Hebi se mit à son aise et ouvrit sa bouteille d'alcool. Un rhum de qualité trop supérieur pour un trou pareil. Qu'importe. La jeune militaire commença son discours sur sa méthode de recherche pour la retracer. Ici, on note la bravoure qu'elle a prise pour mettre les pieds où sa symbolique de la justice égal des rencontres funestes dans un coin de rue malfamé. Ensuite, un brin de déduction logique sur le motif de la rencontre ramène les deux femmes à la réalité du moment pour ensuite révéler chez Tashigi une astuce encore plus profonde qu'une simple fouille à l'aveuglette. Bien que les forces de chacune est inégale, la militaire affirme sérieusement et sans doute dans la voix avoir les moyens pour se débarasser de l'homme à présent mort sous les pieds de la corsaire. Le point intéressant était le souhait du sergent à la non-violence qui l'a poussé à dévoiler le bou de son "faux bec". Une astuce involontaire peut-être mais surtout rusée.

-Pour avoir eu la force de venir jusqu'à moi, c'est déjà une preuve de force. En ce qui concerne mes affaires, elles ne concernent que mon plaisir personnel et mes expériences avec des cobayes. Voulez-vous signifier que le gouvernement rafolle d'histoires de meurtres et de chasse d'un prédateur comme moi ? Smile

Ainsi, notre Hebi Read plus calme sous l'effet de l'alcool continua de boire sa bouteille en laissant passer par impartialité la réprimande du sergent-chef qui malgré sa force morale due prendre un siège visiblement ébranlée par son spectacle. Disons que c'est légitime de soupçonner un corsaire dont on ne prend pas de nouvelles durant une période prolongée. Crocodile restera pour toujours le meilleur exemple de traîtise. Une grave erreur qui poussa le gouvernement à resserer le contact avec leur partenaire féminin. Dans la liste des traîtres, Tashigi avait omis d'ajouter un nom supplémentaire: Kyle Winters. Ex-Shichibukai qui a fui et abandonner ses privilèges par manque de liberté. Quel idiot, quel attardé. Hebi Read termina sa bouteille en retrouvant son sale caractère au simple souvenir de ce type qu'elle jugeait...chiant. D'un puissant élan, la bouteille se fracassa en milliers de morceaux sur un mur. Elle posa ses iris d'écume dans ceux de son interlocutrice pour ainsi être très direct.

-Normal que Crocodile et Kyle Winters nous largue ainsi. Pour la simple raison que se sont des Logia !!! Logia, des bâtards qui se croient intuable et invincible par leur abilité à avoir un corps élémental contrairement à un Zoan et à un Paramecia.Croyez-moi, je me ferais un plaisir de les tuer jusqu'aux derniers d'entre eux en leur ravalant leur ego par la même occasion, ordre ou pas. De toute manière, vous êtes ici pour un rapport de ma part n'est-ce pas ?

Son ton imprégnait la violence et la haine. Hebi Read cracha une part de ses pensées à l'égard de ce groupe d'utilisateurs de fruits du démon. Avec ses deux défections, son mépris pour cette catégorie se renforca tout comme elle renforce sa psychologie de psychopathe. Ses si injustes de ne pas souffrir sagement comme les autres pirates qui tombe sur les crocs de la vipère. Justement, quand on parle de pirates, Hebi se rappella le souvenir qui dort dans sa poche. Elle le sortit et la lança dans les mains de Tashigi qui put l'observer de ses yeux. La belle mèche de cheveux. Hebi prit une stature triomphante et changea d'expression comme on change de chemise. Là il y a matière intéressante à écouter pour les autorités.

- Ceci est une mèche appartenant à Nami "aux pattes de velours", mise à prix de 16 millions sur sa tête. La raison pour laquelle je n'ai rien communiqué était parce que les ringards morts de ma main ne valent rien du tout et que ça ne valait pas la peine de vous le dire. Mais en début de soirée, j'ai croisé par hasard l'équipage des Mugiwaras. Jolie ramassis d'hurluberlus ma parole ! Les hommes de l'équipage, surtout Zoro Roronoa, sont des gamins imbéciles, immatures et sans cervelle. Contrairement à eux, Nico Robin et Nami sont des femmes qui ont failli me jouer un vilain tour avec une adresse et une intelligence exemplaire. Bref, je me suis invitée chez eux, j'ai joué avec eux et j'ai empoisonné 4 d'entre eux sur 9 sans les tuer, y comprit le capitaine. Hélas, le poison les torturera seulement toute la nuit jusqu'à l'aube.

_________________






Dernière édition par Hebi Read le Mer 10 Sep - 3:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tashigi



Masculin
Nombre de messages : 244
Age : 28
Date d'inscription : 22/07/2008

Fiche RPG
Equipage: /
Fruit du Démon: /
Niveau:
13/20  (13/20)

MessageSujet: Re: Rapport à la cité sur l'eau: La vipère et le sergent-chef   Dim 24 Aoû - 18:01

En cours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rapport à la cité sur l'eau: La vipère et le sergent-chef   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rapport à la cité sur l'eau: La vipère et le sergent-chef
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» La cité de Thelxépia
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006
» Un stade de Football à cité Soleil...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG :: Grand Line :: Grand Line :: Water Seven-
Sauter vers: